Toi (par Catwoman)

Share

 

We are such stuff as dreams are made on...
 

Je ne cesse de penser à toi. C'est affolant. J'ai l'impression d'avoir quinze ans et de revivre mon premier amour. Tu es, tu seras, le premier homme de ma vie nouvelle.

Depuis ce matin, de très bonne heure, je passe, langoureusement, fiévreusement, une journée de femme de harem languissant le bon vouloir de son prince...

Je me suis épilée complètement en pensant à toi, à tes mains qui parcourront mon corps lisse, qui presseront mes seins, qui pinceront légèrement mes tétons déjà durs et roses de désir, qui s'attarderont sur mes fesses, les caressant de manière de plus en plus appuyée, tes doigts qui glisseront le long de mes cuisses, s'insinueront entre mes lèvres déjà gonflées, me pénètreront, et puis, ta bouche, ta langue...

J'ai pris un bain pour calmer ma fièvre mais sans succès.

 

J'ai enduit mon corps d'huile parfumée, je me suis maquillée en cernant mes yeux de khôl, en posant une touche de gloss à la cerise sur mes lèvres.

 

J'ai coiffé mes boucles qui s'accrochaient à mes cils encore humides de la vapeur du bain.

J'ai caressé mon corps, frôlant toutes ses parties sensibles sans les déflorer.

Je veux que ce soit toi qui le fasses.

J'ai contemplé mon image dans mon grand miroir; je t'envoyais mentalement cette image, de toutes mes forces.

J'ai trouvé mes jambes belles et fines, ma taille marquée.

Puis, j'ai revêtu mon soutien gorge de dentelle transparente, couleur ivoire, qui fait pigeonner mes seins. J'ai enfilé la culotte assortie qui laisse apparaître le renflement de mon sexe lisse.

Je me suis enroulée dans mon peignoir de velours fin, que j'ai serré le plus possible à la taille, pour avoir l'impression que c'était toi qui l'emprisonnais.

 

J'ai préparé un thé au jasmin que j'ai bu très sucré. J'ai fumé ma première cigarette comme je l'aurais fait d'un narguilé.

Je suis allée m'étendre au soleil. J'ai fermé les yeux.

 

J'étais, je suis, humide, chaude, brûlante entre mes cuisses sans discontinuer depuis des heures.

Mes pommettes sont écarlates, ma bouche est en feu. Sa pulpe que tu aimes craquerait sous tes dents, tant elle est tendue.

Tu as fait de moi ta captive. Tu as su parler à mon corps qui ne demande qu'à s'éveiller, à se tordre de plaisir sous tes caresses.

 

Tu deviens ma drogue

Je veux être la tienne...

Je veux que tu ne puisses plus faire un geste sans penser à moi, que ton

sexe soit toujours dressé entre tes cuisses. Tout ce que tu désireras, je le ferai. Si tu veux qu'à mon tour je te sodomise, je le ferai avec douceur, lenteur puis avec force en te murmurant à l'oreille de t'agenouiller pour que je puisse te pénétrer au plus profond. J'enserrerai ton torse de mes bras, branlerai ton sexe jusqu'à le faire exploser. Je lècherai le creux de ton cou, mordillerai les lobes de tes oreilles.

 

Je te ferai jouir comme jamais.

 

Si tu le désires, je lierai tes poignets dans ton dos, te banderai les yeux, la bouche. Je te sucerai, agenouillée à tes pieds ; je m'arrêterai ; tu ne me verras pas, tu attendras, gémissant, impatient que je te reprenne, que je t'enserre entre mes lèvres, que je t'aspire, que tu expires... sur ma langue, jusqu'au fond de ma gorge. Tu jouiras encore, et encore. Alors, je baiserai longuement ta bouche, je te détacherai, ôterai tes bandeaux et tu me prendras à ton tour comme bon te semblera aussi longtemps que tu le voudras.

Et puis je m'en irai... mais lorsque le vent frôlera ton visage, tes joues, tes paupières, ce sera moi. Lorsque le tissu de coton ou de soie de ta chemise caressera ton torse nu, tes aisselles, ce sera moi.

Lorsque tu boutonneras la braguette de ton jean et que tu sentiras ton sexe et tes couilles emprisonnés dans le tissu dur et rêche, ce sera moi.

 

Lorsque tu glisseras tes pieds nus dans tes sandales, dans tes mocassins d'indien de cuir souple, la fraîcheur, contre la tiédeur de ta peau, la douceur, ce sera moi.

 

Je serai ta drogue comme tu es déjà la mienne.

À n'importe quelle heure, appelle-moi,

Je dois entendre la vibration de ta voix.

Je t'embrasse où tu es le plus doux et dur, mille fois.
 
 

Catwoman est une fille de l'air. Une fille des sens et du sens... Ni site ni blog ni rien sur internet. Nette... dans les airs ! L'air de rien...

 

Share

NewsLetter