Portrait de famille (par Eva Scardapelle)

Share

Ces repas de famille m'ont toujours semblé insupportables. Je joue le rôle de l'épouse parfaite et docile. Forte de quinze années de faux-semblants, je simule l'euphorie à l'annonce d'une grossesse, m'exclame à celle d'une promotion, ou encore, sanglote au décès d'un ami de mes beaux-parents, un quidam fréquenté une fois. Deux, peut-être.

Share

Lire la suite : Portrait de famille (par Eva Scardapelle)

Mes baisers ont l'audace saline des chiennes agenouillées (par Camille Moravia)

Share

Non je ne veux rien boire
Non je ne désire pas m’asseoir
Oui la musique est très bien
Pose cette clope libère tes mains ferme ta gueule
Viens
Approche toi lentement regarde moi 
Non je ne quitte pas ce mur
Non je ne baisse pas les yeux
Juste je dézippe mon cuir 
Laisse tomber à mes pieds

Share

Lire la suite : Mes baisers ont l'audace saline des chiennes agenouillées (par Camille Moravia)

36 façons (par Dominique Piccart)

Share

Trente-six façons de faire l'amour,
en swing, en hip ou même en rock,
quelqu'en soient les détours,
tous unis dans l'extase, no flop.
On pogote, on sursaute,

Share

Lire la suite : 36 façons (par Dominique Piccart)

Amaurose (par Elodie Torrente)

Share

Le rendez-vous a été pris. Vite. Trop vite ? Je tremble. C'était amusant, comme ça, derrière l'écran mais dans la réalité de l'attente, je frissonne. Et s'il était laid ? Et si son corps était difforme ? Et si ses gestes étaient trop brutaux ou trop mous ? Il est 20 h 01. Il a une minute de retard.

Share

Lire la suite : Amaurose (par Elodie Torrente)

Caresser le chaos (par Christophe Malinowski)

Share

530551 1448882575336995 1679388580 n

Dans une rue, un sous-bois, un hôtel, un vieux train,
Dans une cave, sous un pont, un sous-sol, un chemin,
Dans le pire, le sordide,
Dans le froid, le fétide,
Dans la boue, dans le souffre,

Les coupables amants, les honteuses amantes,

Share

Lire la suite : Caresser le chaos (par Christophe Malinowski)

Delirium Tremens (par Guillaume Inari)

Share

 

Onirique plage de soie à tes lèvres mouillées
Dévoile tes mondes parallèles embrumés.
A tes portes fines, je bois la pluie acidulée
Divine cyprine citronnée au goût de l'été.

Share

Lire la suite : Delirium Tremens (par Guillaume Inari)

NewsLetter