Pour deux (par David Layne)

Share

Instants délicats, suprême délice,

Elle me regarde mourant d'envie,

De le tenir, bravant tous les vices,

Un quiproquo, discours effarant,

Elle me toise, me soutient du regard,

La poitrine haletante,

Share

Lire la suite : Pour deux (par David Layne)

Désir ou délire ? (par Zizza Ny)

Share

Sous les draps rouges mouillés
Ma peau se laisse caresser
Quelques mots au toucher
Mon corps désaccordé

L’aventure en partage
D’un délicieux présage
Tu glisses ton langage
Sur mon ventre en otage
Share

Lire la suite : Désir ou délire ? (par Zizza Ny)

Le dossier 789 (par Macha Seruoff)

Share

Maître A. a l’habitude de classer les dossiers de ses clients par numéro. Plus pratique et plus anonyme dit-il tout le temps.

 

Et en cette matinée de jeudi 20 mars, le dossier 789 ouvert sur son bureau, ne comporte pas moins d’une centaine de pages.

 

C’est le printemps… Mais il pleut. Maître A. déteste la pluie le gris et quand son assistante est en retard. Maître A. hésite à l’appeler. Il est 9 h 14. Elle d’ordinaire si ponctuelle est même bien souvent là avant lui.

Share

Lire la suite : Le dossier 789 (par Macha Seruoff)

Chemins croisés (par Sofifée)

Share

Dans ses yeux y plonger,

Goûter à ses baisers,

Effleurer sa tendresse

Au gré de ses caresses.

 

Accepter les préludes

Et trouver l'indécence,

Oublier l'inquiétude,

Lui donner sa confiance.

Share

Lire la suite : Chemins croisés (par Sofifée)

Léa (version Emma Casanove)

Share

Emma Casanove a créé ce texte et Jean-Marc Bassetti lui a proposé d'en écrire la version du point de vue masculin. Vous trouverez le texte de Jean-Marc ici.

 

Il me regarde attentivement. Je ne sais pas quoi faire, je n'ai pas l'habitude. Les autres s'en rendent-ils compte ? Ne pas rougir. Ne pas avoir l'air gênée. Ne pas avoir l'air ridicule. Je détourne les yeux. Je sens son regard sur moi. Peut-être que je lui rappelle quelqu'un ? Il fait chaud. Trop chaud. Il faudrait que j'enlève ma veste. Que je l'ouvre, au moins. Mais non, surtout ne pas bouger. Ne pas attirer davantage les regards sur moi. Les portes s'ouvrent, un peu d'air entre. Je prends une grande inspiration, je me sens mieux. Le wagon a désempli, il est encore là. Son regard toujours posé sur moi. Un regard malicieux. Mutin, même. Arrête, c'est n'importe quoi. Il faut oser, il faut affronter son regard. Comme devrait le faire une femme adulte et libérée. Arrêter de se comporter en enfant, de se livrer en pâture aux voyageurs. Sans doute rient-ils de cette femme rougissante, mal à l'aise face au regard appuyé et sans équivoque de l'homme assis à quelques pas d'elle. Le strapontin juste en face. Peut-être deux mètres entre nous ? Je n'ai jamais été très forte pour ce qui est d'évaluer les distances. Quoi qu'il en soit, il est bien trop près de moi.

Share

Lire la suite : Léa (version Emma Casanove)

Léa (version Jean-Marc Bassetti)

Share

Léa est un texte créé par Emma Casanove. Lorsque Jean-Marc l'a lu, il lui a proposé d'écrire la version masculine... Voilà le résultat de ce petit défi... Lire le texte original d'Emma.

 

Lorsque je monte dans le wagon, je la repère tout de suite. Comme si je l'avais déjà vue, déjà sentie, déjà touchée. Elle est assise là, sur un strapontin, entourée d'une foule bigarrée qu'elle semble ne pas voir. Il fait chaud, très chaud, trop chaud. Le métro est plein, comme à son habitude à cette heure-ci. Un métro-politain, un métro-cosmo-poltitain plutôt. Je ne sais pas combien il y a de nationalités ici, mais ça doit friser la trentaine ce soir, au coup d'œil. Elle est là, à deux mètres de moi, assise sur le petit strapontin qu'elle ne devrait pas utiliser aux heures d'affluence. Moi non plus d'ailleurs. En tendant la main, je pourrais presque l'effleurer du bout des doigts, et sans efforts encore.

Share

Lire la suite : Léa (version Jean-Marc Bassetti)

NewsLetter